Les six E2C de la région Hauts-de-France se rapprochent pour mutualiser leurs actions

Les 6 Ecoles de la 2e Chance de la région Hauts-de-France ont choisi d’unir leurs compétences au service de la lutte contre le chômage des jeunes, en signant une charte de partenariat, afin de mutualiser leurs expertises et leurs moyens. Cette signature a eu lieu le jeudi 29 septembre dans les locaux roubaisiens de l’E2C Grand Lille, en présence d’Edith Cresson, ancien premier ministre et présidente de la Fondation des E2C, Bruno Bonduelle, fondateur de l’E2C Grand Lille, Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, Guillaume Delbar, maire de Roubaix et vice-président de la région Hauts-de France, des stagiaires, directeurs, présidents, entreprises partenaires (La Poste, Vilogia, UIMM-Udimetal, Orange) et financeurs des E2C.

1 700 jeunes accompagnés vers l’emploi en 2015

Voilà 10 ans que le dispositif E2C initié par Edith Cresson est implanté dans la région Hauts de France.

La première école a ouvert ses portes à Roubaix en 2007, sous l’impulsion de la CCI Grand Lille, puis 5 autres ont été ouvertes dans l’Artois, le Grand Hainaut, la Côte d’Opale et en Picardie. Toutes font partie du Réseau E2C France et ont comme objectif de favoriser l’insertion professionnelle et sociale durable des jeunes sortis du système éducatif sans qualification et sans emploi.

Son ancrage régional, local et ses valeurs fortes font du dispositif « Ecole de la 2e Chance » un outil reconnu par les entreprises et par un nombre de plus en plus important de jeunes de 18 à 25 ans, non qualifiés. En 2015, les 6 écoles (Grand Lille, Artois, Grand Hainaut, Côte d’Opale, Grand Amiénois et Picardie maritime) ont accueilli près de 1 700 jeunes sur 12 sites, dont plus de 60% ont trouvé un emploi ou une formation qualifiante, à la sortie.

Le dispositif des Écoles de la 2e Chance est l’une des solutions les plus intensives et courtes qui s’avère efficace en termes d’accès à l’emploi pour les jeunes de moins de 26 ans, selon le dernier rapport de la Cour des comptes.

 Imprimer