Le parcours inversé à l’E2C Grand Lille

 

 

600 stagiaires chaque année, c’est 600 bonnes raisons d’innover !

En 2018, l’E2C Grand Lille s’est lancé dans de nouvelles orientations : aujourd’hui, focus sur notre parcours inversé.

Mais qu’est-ce que c’est ?

 

Il est indispensable dans notre contexte économique d’aujourd’hui  de sortir de l’obsession à la française qu’est le diplôme, d’imaginer que seule l’école serait responsable toute seule de la montée en connaissances et compétences d’un jeune.

La vie ne doit pas se jouer uniquement en fonction de la réussite scolaire et de son classement à la sortie de l’école, mais on peut aussi avoir une deuxième chance et progresser, quelque soit sa formation initiale.

En ce sens, nous pensons que l’entreprise doit aussi, avec notre soutien, s’affirmer davantage comme un lieu de formation permanente. C’est pour cela que nous avons créé le parcours inversé.

Dylan est arrivé à l’E2C Grand Lille sans idée précise de ce qu’il voulait faire professionnellement. Après avoir réalisé un premier stage dans la vente, il découvre le monde de l’industrie lors d’un deuxième stage. Toutes ses idées préconçues sur ces métiers s’envolent et il éprouve pour la première fois depuis longtemps, une vraie motivation et un intérêt pour cet environnement professionnel.

De son côté, la chargée de relations entreprises de l’école a rencontré plusieurs entreprises et a pu les convaincre que leur politique de recrutement et les pré requis exigés empêchaient nos jeunes de pouvoir réussir leur entretien ou même d’en avoir un. Fort d’un partenariat main dans la main avec l’entreprise, les portes s’ouvrent alors aux jeunes de l’E2C et quelques postes sont à pourvoir pour eux.

Dylan se positionne alors en signant un contrat d’engagement dans ce parcours spécifique avec l’E2C et l’entreprise. Il se sent en confiance et épaulé par ses tuteurs à l’école et en entreprise.

Grâce à ce système en alternance, Dylan prend de l’assurance, développe ses compétences et s’intègre rapidement aux équipes de l’entreprise. Un peu en recul et en observation lors de sa première immersion, il s’adapte très vite lors des stages suivants, se responsabilise et prend même des initiatives.

C’est avec fierté qu’il signe son CDI au sortir de son parcours et son entreprise sait qu’elle peut compter sur un élément solide, engagé et formé à ses valeurs. Le pari est gagnant – gagnant et remporté !

 Imprimer